L'art-thérapie,
un lieu

À l’image de la cabane construite par l’enfant comme instant refuge, je propose un lieu qui réinstaure un espace à part, sécure, un temps pour soit à l’ombre des jugements esthétiques ou moraux. Un temps de coupure, en rupture avec le temps et les objectifs imposés par ailleurs. Un lieu créatif où se puise une forme d’énergie « ça serait la possibilité pour un être de se manifester à lui-même et de se manifester dans ses rapports au monde avec toutes les voies successives et simultanées qui sont en lui ». (Pierre Emmanuel)

Marie-José Del Volgo et Roland Gori parlent de « l’instant de dire » comme un temps de pause. C’est ce temps de pause que je propose plutôt dans un « instant de création ». La création retrouvée dans ce lieu propice art-thérapeutique permet un entre-deux permettant de se raconter, comme l’enfant qui le fait avec le jeu, voyageant entre son imaginaire fantasmatique
et sa réalité. 

« Notre but est alors de créer cet espace ouvert à la rencontre surprenante avec la matière et la psyché d’un autre pour qu’émerge une décontraction psychique à l’égard de l’empire du sens. » (Jean-Pierre Royol, Art-thérapie : quand l’inaccessible est toile)